Accord de pêche Gabon-UE : De beaux jours se dessinent pour les marins gabonais aux côtés de ceux européens

0
256

Un accord de pêche a été passé depuis juin dernier par le Gabon avec l’union européenne. Celui-ci contraint les navires européens à avoir dans leurs équipes des marins gabonais. Le nouveau protocole de mise en œuvre de l’accord de partenariat dans le secteur de la pêche (APP) contient un certain nombre de terme. Les senneurs de l’UE se doivent d’embarquer six marins gabonais pendant l’exercice de leur activité dans la zone de pêche du Gabon. Cette mesure compte pour la toute première année de mise en œuvre de l’accord.

Pour la deuxième année de son application, ce sont huit marins qui sont exigés. Pour les années suivantes, un total de dix marins gabonais par année. Les armateurs européens devront recruter quelques-uns parmi ces marins gabonais. Ils devront leur signer un contrat qui leur garantit le bénéfice du régime de sécurité sociale.

« Le salaire des marins embarqués est à la charge des armateurs. La masse salariale est fixée avant l’embarquement. Ceci d’un commun accord entre les armateurs et les marins ou leurs représentants respectifs. Le salaire est versé régulièrement. Il ne devrait pas être inférieure à celui prévu par la législation gabonaise et au salaire mensuel minimum pour un matelot », précise l’App.

Les navires de l’UE devront payer un montant forfaitaire d’environ 16 500 FCFA par marin non embarqué et par jour de présence dans la zone de pêche du Gabon. Ceci au cas où ils ne seraient pas en mesure d’embarquer le nombre de marin gabonais requis. L’armateur pourrait être exempté de cette obligation. Ceci pour des raisons jugées exceptionnelles dûment justifiées. Dans des conditions où celui-ci n’est pas en mesure de trouver le marin présentant les qualifications requises.

Le gouvernement gabonais à travers cette mesure entend lutter contre le chômage dans la marine marchande. Il aimerait donner la possibilité à ses marins d’apprendre de leurs confrères européens. Le protocole signé avec l’UE autorisé 37 navires français et espagnols à pêcher dans les eaux gabonaises. Soit annuellement 32 tonnes de poissons pêchées. En contrepartie de cet accès aux eaux et ressources halieutiques de sa zone de pêche, le Gabon devrait recevoir au moins 17 milliards de F CFA sur 5 ans. Le protocole en lui-même a l’ambition de contribuer à la préservation des ressources maritimes, à la sécurité alimentaire et à la diversification de l’économie gabonaise. Ceci en cohérence avec les objectifs du Plan stratégique Gabon émergent 2025 (PSGE 2025).

Leave a reply