AGASA : le « sticker de salubrité » pour renforcer le dispositif de suivi des pêcheurs artisanaux 

0
277

L’agence gabonaise de sécurité alimentaire (Agasa) vient de mettre en place un « sticker de salubrité« . Il s’agit d’une marque à coller sur les caisses de conservation conformes lors des embarcations des produits alimentaires. L’Agasa entend renforcer le suivi sanitaire auprès des pêcheurs artisanaux. Cette mesure est inscrite dans la campagne 2021-2022 d’agréage sanitaire pour l’exercice de pêche de l’Agasa. 

C’est dans une note diffusée hier que le Dg de l’Agasa, Alia Mahéva Bongo Ondimba a rendu public la nouvelle mesure. « Ce sticker de salubrité portera un code d’identification. Il sera lié au numéro d’agrément sanitaire de chaque pirogue. Ceci en vue de limiter les fraudes et de faciliter les contrôles lors de la police sanitaire au débarquement. En conséquence, l’absence de stickers sur une caisse de conservation sera considérée comme une infraction. Le contrevenant s’exposera aux sanctions prévues en la matière« , a déclaré le DG de l’Agasa.

Le calendrier des inspections et de dépôt des dossiers de demande ou de renouvellement d’agrément sanitaire est déjà fixé. L’inspection mixte des embarcations artisanales démarre ce jour et s’étend jusqu’au 17 novembre prochain à la plage de Barracuda. Le dépôt et l’enregistrement des dossiers se feront du 02 au 23 novembre prochain au Centre d’appui à la pêche artisanale de Libreville (Capal). Pour les autres localités Cocobeach-Muyumba-Port-Gentil, l’inspection des embarcations artisanales est aussi prévue. Elle démarre également ce jour et s’étendra jusqu’au 25 novembre prochain. Le dépôt et l’enregistrement des dossiers sont également disponibles sur place. 

Les pêcheurs ont l’obligation de se rendre disponibles pendant les périodes sous-indiquées. Au-delà, ils encourent la peine de ne pas disposer de permis de pêche. Les sessions de validation de la commission d’attribution des titres sont prévues les 13 et 14 décembre prochains. La pêche maritime au Gabon reste une activité relativement modeste en termes de production. Celle-ci est estimée à 30 000 tonnes par an. C’est soit 20 000 tonnes pour la pêche artisanale et 8 600 tonnes pour la pêche industrielle côtière.

Leave a reply