Ali Bongo clarifie la réforme de la vacance du pouvoir

0
192

Le gouvernement gabonais a adopté un projet de loi relative à la révision de la constitution en décembre dernier. Plusieurs dispositions ont été modifiées, dont l’article 13 qui porte sur de l’intérim du chef de l’Etat en cas de vacance du pouvoir. Selon cette réforme, l’intérim du président de la république sera assuré par les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat en plus du ministre de la défense. Cette réforme a été mal accueillie par certains.

Dans une interview accordée au magazine Jeune Afrique, le chef de l’Etat Ali Bongo a expliqué que cette réforme vise essentiellement à « consolider notre édifice constitutionnel sur un certain nombre de points techniques, comme la vacance du pouvoir, la responsabilité pénale du chef de l’État et la composition du Sénat », a-t-il déclaré.

Pour le président, l’implication du ministre de la Défense dans la réforme concernant la vacance du pouvoir est normale, dans la mesure où le chef de l’État est aussi le chef des armées. « Le président de la République étant le chef de l’armée, il est normal, s’il est empêché, que le ministre de la Défense, qui dispose de la compétence et de l’expérience requises en la matière, le supplée à ce titre », a déclaré le président dans son interview à Jeune Afrique.

Cette réforme vient combler les vides juridiques, selon le gouvernement. Avant la réforme, seul le président du Sénat était habilité à assurer l’intérim du président de la République en cas de vacance du pouvoir.

Leave a reply