Centrale hydroélectrique de Kinguélé Aval : 720 Gabonais seront employés au cours des travaux 

0
173

720 Gabonais seront employés sur le chantier de construction de la centrale hydroélectrique de Kinguélé Aval. L’accord de partenariat devant lancer le projet a été signé hier, entre l’office national de l’emploi (ONE) et Sinohydro. Cette dernière est l’entreprise publique d’ingénierie et de construction hydroélectrique chinoise mandatée pour le projet.

Selon le communiqué, ce partenariat vise à optimiser et à structurer la mise en place d’un plan de recrutement. Le but est de favoriser l’emploi des locaux et d’encourager la création de valeur partagée.  » La construction de la centrale hydroélectrique de Kinguélé Aval est un projet d’une durée de 42 mois. Son dispositif global en période de haute activité, en termes de ressources humaines, sera de 930 employés. Dont 720 Gabonais et 210 étrangers. La priorité sera donnée à la main-d’œuvre locale. Ceci afin de promouvoir l’impact du projet sur le développement socio-économique de la région de Kinguélé et du département du Komo-Kango« , a renseigné le communiqué.

Le recrutement local concerne 38 différents corps de métiers. Il s’agit notamment de ceux accessibles aux populations diplômées et non-diplômées. Les spécialités recherchées portent sur l’ensemble des besoins du projet. On peut citer l’ingénierie, la comptabilité, la gestion, la conduite des équipements, les métiers du bâtiment, l’administration, l’environnement et plusieurs autres secteurs. « Encourager l’emploi gabonais dans le cadre de projets de grande envergure. Notamment, celui de Kinguélé Aval permet de promouvoir un transfert de compétences entre les experts internationaux et nationaux et les travailleurs locaux. C’est une étape considérable à la fois pour la consolidation d’une main d’œuvre qualifiée. Puis pour l’émergence de secteurs d’excellence au Gabon« , a déclaré Hans Landry Ivala, directeur général de l’ONE.

Ce partenariat entre l’ONE et Sinohydro intervient deux mois après la signature d’un accord pour le financement de cette centrale. C’est un accord d’un coût total de 117,4 milliards FCFA entre Gabon Power Company (GPC) et la firme française Meridiam. Le projet en lui-même porte sur la conception, le financement, la construction et l’exploitation d’une centrale hydroélectrique. Elle sera située à 100 km à l’Est de Libreville sur la rivière Mbéi. Elle est portée par Asonha Énergie, une société de projet détenue respectivement à 60 % et 40 % par Meridiam et Gabon Power Company (GPC).

Ladite centrale fournira environ 13 % des besoins en électricité de Libreville, la capitale du Gabon. Elle contribuera au remplacement de capacités thermiques existantes. Puis elle permettra d’économiser plus de 150 000 tonnes d’émissions de CO2 par an. Elle participera également à l’électrification des zones rurales telles qu’Andock Foula, contribuant à l’inclusion sociale au Gabon.

Leave a reply