Covid-19 : la gratuité des tests PCR bientôt remise en question par le gouvernement

0
305

Le gouvernement gabonais pourrait supprimer la gratuité des tests PCR. Les ressources budgétaires limitées du gouvernement sont à la base de cette situation annoncée ce jour par son porte-parole. Jessye Ella Ekogha s’est adressé ce jour à la presse gabonaise. Il a fait le point de la situation épidémiologique du pays et a annoncé les mesures en cours. 

« Le pays reste marqué par la troisième vague du Covid-19. Le risque de saturation des hôpitaux reste réel. Nous disposons d’un lot important de vaccin reçu, grâce à l’efficacité des dirigeants gabonais. Néanmoins, le rythme de vaccination demeure nettement insuffisant. Ceci pour atteindre le délai raisonnable de 70 % de la population totale vaccinée. Cette situation implique des choix d’autant plus que les ressources budgétaires ne sont pas illimitées. Une réflexion est actuellement en cours pour réduire certains budgets et de les redéployer sur la vaccination« , a déclaré Jessye Ella Ekogha, porte-parole du gouvernement gabonais.

Les fonds investis dans la vaccination sont beaucoup plus efficaces que les ceux investis dans les tests PCR. Cette remarque a été faite tant sur le plan sanitaire que sur le plan économique. En supprimant la gratuité des tests PCR, le Gabon ne ferait que suivre le rythme de plusieurs autres pays avant lui. Le porte-parole du gouvernement est revenu sur la nécessité et l’efficacité de la vaccination pour se protéger contre le virus. 

Dès son retour de Londres, la semaine dernière, le président Ali Bongo Ondimba a insisté sur le caractère » extrêmement préoccupant  » de la situation épidémiologique du pays. Le nombre de contaminations reste très élevé. Dans le même temps, le bilan de la vaccination lancé en mai dernier est assez inquiétant. Plus de 95 % des nouveaux cas de Covid-19 détectés n’ont pas été vaccinés. Plus de 95 % des personnes admis en réanimation n’ont pas également été vaccinées. « L’Etat prendra donc ses responsabilités pour préserver la santé des concitoyens et garantir l’équilibre des finances publiques« , a conclu Jessye Ella Ekogha, porte-parole du gouvernement gabonais.

Leave a reply