Exploitation illégale des forêts : Près de 1,2millions m3 du bois gabonais trafiqués chaque année

0
277

Au Gabon, près de 1,2millions m3 de bois sont trafiqués chaque année. Cela équivaut à 1/3 de la production nationale. Les chiffres ont été révélés par une enquête menée par l’Environmental Investigation Agency (EIA). Cette exploitation illégale s’explique par une corruption enregistrée à différente échelle de l’administration gabonaise. Plusieurs hauts responsables gabonais dont le diplomate gabonais Jean Ping sont cités dans cette affaire. Sa campagne présidentielle de 2016 aurait été financée par une des entreprises mise en cause dans cette affaire au Gabon.

Le politicien aurait contribué au développement des activités illicites du Groupe Dejia au Gabon. Ce dernier est un un groupe chinois d’exploitation forestière influente en Afrique. Il est accusé d’avoir bâti son empire sur plusieurs infractions dont  l’évasion fiscale. Celle-ci représente une perte importante pour les états gabonais et congolais. Elle est estimée entre 3 et 6,7 millions de dollars d’impôts  entre 2013 et 2016.

La Société des sciages de Moanda (SSMO) a obtenu un permis d’exploitation du bois gabonais. Cette autorisation lui a été attribué par le ministère des Eaux et forêts sous la tutelle du ministre Estelle Ondo. La SSMO a confié aux enquêteurs de l’EIA qu’il versait un minimum compris entre 16 millions et 25 millions de FCFA chaque mois pour maintenir de « bonnes » relations avec ce ministère.

Le réseau de trafic du bois gabonais s’étend également aux communautés villageoises qui facilitent cette exploitation frauduleuse. Cette corruption a des retombées aussi bien sur l’économie Gabonaise que sur l’économie Chinoise et américaine.  La forêt gabonaise représente 237 000 km² et plus de 400 essences d’arbres dont des essences protégées et interdites d’exploitation. Sa valeur marchande annuelle est évaluée à près de 600 milliards de francs CFA.

 

Leave a reply