Faustin Boukoubi indique que l’Assemblée nationale a agi à postériori des mesures gouvernementales 

0
426

Le président de l’Assemblée nationale gabonaise s’est récemment prononcé sur le conflit entre le Copil citoyen et le gouvernement gabonais. Faustin Boukoubi a tenu à clarifier la position de son institution sur ledit conflit. Il s’agit de celui opposant le Copil citoyen décidé et le gouvernement. Les membres du Copil citoyen ont plusieurs fois de suite fait annuler des arrêtés pris par le gouvernement gabonais.

Il s’agissait entre autres des mesures de prévention, de lutte et de riposte contre les catastrophes sanitaires. Faustin Boukoubi, le président de l’Assemblée nationale a expliqué que son institution a agi à « postériori » des mesures gouvernementales.

« Le contrôle et l’évaluation par les députés sont exercés à posteriori. Ce qui signifie que ce n’est pas qu’après que les arrêtés ont été pris que les députés auraient pu réagir”, a commenté le président de l’Assemblée nationale, Faustin Boukoubi. Pour ce dernier, le débat sur la réaction de son institution quant aux arrêtés controversés n’a donc pas lieu d’être. La loi 003/2020 du 11 mai 2020 indique d’ailleurs que le gouvernement à l’obligation d’informer sans délai, l’Assemblée nationale des mesures prises.

Si la procédure semble avoir été respectée, le timing ne permettait pas à l’Assemblée nationale d’agir. « Lorsque vous voyez l’heure à laquelle ils ont été pris, vous imaginez notre difficulté. C’est vous dire que nous ne pouvons pas agir spontanément. Surtout sur les prérogatives qui ne sont pas les nôtres. Il est donc clair que dans la mise en œuvre de l’action publique, chaque organe joue sa partition« , a confié le président de l’Assemblée nationale, Faustin Boukoubi. 

Leave a reply