Grand Libreville : l’Etat veut lancer une étude 2022 sur les pénuries d’eau dans les ménages

0
196

L’Etat gabonais compte lancer une étude 2022 sur les raisons des pénuries d’eau dans les ménages du Grand Libreville. Il s’agit notamment des ménages situés dans les communes de Libreville, AkandaOwendo et Ntoum. Les études entrent dans le cadre de la mise en œuvre du programme intégré pour l’alimentation en eau potable et l’assainissement de Libreville (Piaepal). Le Gabon recevra le soutien de la Banque africaine de développement à cet effet.

L’avis à manifestation d’intérêt, relatif à ce projet, a été lancé cette semaine par le coordonnateur du projet Piaepal, Gervais Nguema Mba. Un consultant sera recruté pour la réalisation de cette étude dénommée « socioéconomique genre« . Les services attendus comprennent « l’analyse sociodémographique du manque d’eau potable dans les ménages. Puis les unités de production du Grand Libreville. Les éléments déterminants de la situation du manque d’eau devront être identifiés. C’est-à-dire les effets induits ainsi que les pratiques mises en place pour pallier le déficit en eau. Le consultant devra dresser le diagnostic global portant sur les quatre communes du Grand Libreville« .

La mission va démarrer à titre prévisionnel au premier trimestre de l’année 2022. Elle durera six mois. Selon les prévisions de la Bad, Libreville a besoin de 300 000 m³ d’eau par jour. C’est pour satisfaire la demande de ses habitants et de ceux de ses environs. Cependant, la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) ne produit que 230 000 m³ d’eau par jour. Celà équivaut à un déficit journalier de 70 000 m³ d’eau.

Malgré la bonne pluviométrie du Gabon, plusieurs ménages de Libreville et ses environs manquent d’eau potable. Le gouvernement affirme que cette situation sera bientôt un lointain souvenir, notamment avec la construction des ouvrages et le renouvellement du réseau. L’Etat a prévu, avec le soutien de ses partenaires, d’investir plus de 300 milliards FCFA, d’ici 2023. Ceci permettra d’améliorer l’accès des populations à l’eau potable et à l’électricité sur l’ensemble du territoire national.

En 2019, le Gabon avait reçu un prêt de la Bad de 77 milliards FCFA afin de couvrir le coût du Piaepal. Malgré ce financement, le Grand Libreville fait encore face à un déficit en eau potable. Une partie de cette enveloppe sera utilisée pour financer cette nouvelle étude initiée. 

Leave a reply