Jean Rémy Yama mis en cause dans une affaire d’escroquerie et d’abus de confiance

0
399

Jean Rémy Yama, le gérant de la société civile immobilière Serpentin, est impliquée dans une affaire d’escroquerie et d’abus de confiance. Il aurait soutiré plusieurs millions de francs à des syndicalistes, en contrepartie des biens immobiliers. Depuis ce temps, ses collègues enseignants ne sont toujours pas rentrés en possession de leurs biens. Ces derniers veulent aujourd’hui réparations.

Les faits remontent à l’année 2000. Le gouvernement, sous l’impulsion du défunt président de la République, Omar BONGO ONDIMBA, avait offert aux enseignants-chercheurs des parcelles. D’une superficie de 37 hectares, le site identifié se trouve dans la province de l’estuaire au sein de la Commune d’Akanda.

Les membres du Syndicat National des enseignants-chercheurs s’étaient constitués en collectif. C’est dans la foulée que les SCI serpentin avaient vu le jour. Jean Rémy Yama en était devenu le gérant. Une rallonge de 3 milliards Fcfa avait été allouée par l’Etat en 2005. Ceci dans le souci de trouver des logements aux enseignants. C’est alors que Jean Rémy Yama avait flairé la bonne affaire. Il avait donc décidé de vendre les parcelles à d’autres personnes. Celles-ci n’ont aucune affinité avec le corps enseignant.

« En 2015, je voulais acquérir une maison au niveau de Libreville. Je rencontre Jean Rémy Yama et je choisis le type de villa qui était à 40 millions. Deux jours plus tard, je vais faire son virement. De 2015 jusqu’à ce jour, je ne suis jamais rentré en possession de la maison. Ce malgré les 40 millions de crédit que je rembourse monsieur Yama est tranquille« , a indiqué Ekogho Thierry Blanchard, professeur de Physique atomique à l’USTM. 

Le président de Dynamique unitaire n’est pas à ses premiers ennuis avec la justice. En 2016, il avait passé près de 90 jours de détention. C’était à la prison centrale de Libreville pour troubles à l’ordre public. Il était notamment accusé d’avoir lancé des projectiles sur des agents des forces de police nationale.

Leave a reply