Jessye Ella Ekogha :« Le critère n°1 sur le marché du travail au Gabon comme ailleurs, c’est la compétence »

0
219

Interrogé par un journaliste lors de la conférence de presse qu’il a donnée le mardi 13 avril dernier, le porte-parole de la Présidence de la République, Jessye Ella Ekogha, a expliqué les motifs qui ont poussé les autorités gouvernementales à prioriser la formation technique et professionnelle.

Selon lui, « La réalité, c’est que la première des préférences sur le marché du travail, c’est la compétence. Que vous soyez Gabonais ou étranger, la première chose qu’un employeur va vouloir, c’est la compétence. Et cette compétence là, vous l’obtenez dans les centres de formation que nous mettons sur pied, dans les pôles éducatifs que nous développons ».

L’objectif de l’Etat gabonais est de créer un contexte où les jeunes accèdent aisément aux formations dans des filières porteurs d’avenir afin qu’ils trouvent vite un emploi à la fin de leur cursus. Raison qui a motivé la création des centres de formation tels que ceux de Nkok, de Port-Gentil ou encore Basil Bongo Ondimba à Libreville. Se faire former dans ces lieux de savoir pourrait susciter l’intérêt des employeurs.

Les autorités gabonaises envisagent créer plusieurs autres centres du genre dans l’optique « de donner aux jeunes une qualification, une compétence reconnue sur le marché du travail qui leur permettra de faire la différence et d’être parmi les profils recherchés par les recruteurs non seulement au Gabon, mais aussi ailleurs dans la sous-région et au-delà. ».

Leave a reply