La carrière de dolomie exploitée à Lastourville contribue au budget de l’Etat à hauteur de 20%

0
206

La carrière de dolomie exploitée à Lastourville contribue à hauteur de 20% au budget national. C’est le point effectué par le ministre gabonais des mines, Vincent de Paul Massassa hier. Ce dernier s’est prononcé sur une série de questions à lui, adressées par l’honorable Barnabé Indoumou Mamboungou. Il s’agit d’un point de l’exploitation engagée du gisement de dolomie à Lastourville par la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog).

La masse de roche dolomie extraite du site de Lastourville est aussitôt déclarée par la Comilog à la direction générale des mines et de la géologie. Cette déclaration est suivie d’un paiement de taxe d’extraction sur la quantité annoncée. Elle contribue à hauteur de 20% au budget général de l’Etat. En dehors de cette taxe, la détention de l’autorisation d’exploitation est également sanctionnée par une redevance. Cette dernière issue du permis d’exploitation contribue quant à elle à hauteur de 75%.

La Comilog a déboursé 2,5 millions de FCFA pour l’attribution du permis d’exploitation. Pour le compte du Premier renouvellement du permis, la compagnie a payé 3millions de FCFA. Le prochain renouvellement évoqué par l’entreprise est fixé à un montant de 5millions de FCFA.

Ces fonds sont répartis à hauteur de 60% pour les collectivités locales dans la part de la taxe d’extraction. 15% de cette taxe et 20% de la taxe d’exploitation sont affectés  au fonds de développement des communautés locales.

La roche dolomie est essentiellement importée par la Chine, le Japon, l’Inde, les Pays-Bas et la France. L’Allemagne, la Suède, la Malaisie et les États-Unis sont également importateurs de cette riche sédimentaire. Le Gabon n’est lui même ni un pays importateur, ni exportateur de la roche.

 

Leave a reply