La justice française très critiquée sur les réseaux sociaux gabonais

0
92

La justice française est très critiquée sur les réseaux sociaux gabonais depuis lundi dernier. Mediapart a publié l’article intitulé « la charge d’un juge d’instruction français contre le président du Gabon« . Celui-ci a été fraîchement reçu par les internautes gabonais. Certains estiment « légitime » de faire la lumière sur cette affaire. La très grande majorité s’interroge sur l’attitude consistant pour un juge français de mettre en cause, le président d’un pays tiers.

L’article expose la mise en cause du président Ali Bongo Ondimba par un juge d’instruction français dans l’affaire des BMA. Ceci sur la base non pas de preuves matérielles, mais de supputations. Le Gabonsphère s’est tout de suite acharné sur la publication d’un tel document. L’essentiel des critiques se concentrent sur la justice française. « Sans me prononcer sur le fond, est-ce réellement à Paris qu’une telle affaire devrait être jugée ? N’y a-t-il pas là quelque chose d’anachronique?« , a tweeté David, un cadre de l’Union nationale (UN).

Dans le même registre, d’autres font observer la  » partialité » de la justice française qui « s’en prend aux plus faibles et se gardent bien d’épargner les puissants« .  » Imagine-t-on la France prendre de telles sanctions vis-à-vis de Vladimir Poutine, Xi Jiping ou l’émir du Qatar ? La justice française rappelle la Cour pénale internationale (CPI) qui ne semble être là que pour juger des Africains« , a écrit Akim, un ingénieur dans l’industrie pétrolière. L’article de Mediapart a néanmoins le mérite de refaire l’unité des Gabonais.

Leave a reply