Le choix facultatif du vaccin anti covid-19 devient progressivement une obligation au Gabon

0
221

Au Gabon, le choix facultatif de se faire vacciner contre la Covid-19 devient progressivement une obligation. L’accès des agents publics aux services administratifs est de plus en plus conditionné à la présentation d’un passeport vaccinal. Mardi dernier, le premier ministre gabonais, Rose Christiane Ossouka Raponda a fait circuler une note administrative. Celle-ci instruit les membres du gouvernement à « mettre en place et sans délais, une opération. Cette dernière vise à amener l’ensemble des responsables des départements ministériels respectifs à se faire vacciner ». Il conviendra également d’organiser la vaccination des autres agents selon le ministre.

Dans plusieurs ministères, le passeport vaccinal est déjà exigé. Au ministère de la Défense par exemple, le vaccin a été rendu obligatoire pour les forces de l’ordre. Ceci, depuis le mois de mai dernier. Au ministère des Eaux et Forêts, le ministre  a conditionné les missions de travail de ses agents à l’intérieur du pays au passeport vaccinal. Ils sont tous obligés de présenter leur passeport vaccinal contre la Covid-19 depuis juillet dernier.

Le ministère de la Santé et la présidence de la République ne sont pas en reste. L’accès à l’enceinte du palais présidentiel sera soumis à la présentation d’un justificatif de vaccination à partir de novembre prochain. Il en serait de même pour  l’État-major, l’infirmerie ainsi qu’à toutes les casernes de la Garde républicaine. Cette mesure concerne également les visiteurs extérieurs.

Les autorités justifient les nouvelles mesures par l’augmentation du taux de contamination. Au Gabon, 2407 cas sont actifs à travers le pays à la date du 24 septembre dernier. Un mois plus tôt, le pays n’enregistrait que 61 cas actifs.

Il sera de plus en plus difficile d’accéder à certaines administrations ou d’y travailler sans être vacciné. Le vaccin devient un passage obligé pour certains groupes professionnels. C’est aussi le cas pour certains usagers souhaitant bénéficier de certains services administratifs, même si le porte-parole de la présidence de la République gabonaise, Jessye Ella Ekogha, a encore récemment évoqué le caractère facultatif du vaccin. « Le vaccin demeure volontaire dans le pays et le rendre obligatoire pour l’instant n’est pas à l’ordre du jour », a-t-il indiqué.

Leave a reply