Le CHU Jeanne Ebori de Libreville dispose désormais d’un service social

0
199

Le centre hospitalier universitaire (CHU) mère enfant de la Fondation Jeanne Ebori de Libreville dispose dedozlsid d’un service social. Celui-ci devra prendre en charge les personnes socialement démunies qui sont parfois retenues pour des factures impayées. Le service est fonctionnel depuis lundi dernier.

 » Aujourd’hui on vient d’implémenter un service social qui va travailler en accord avec le ministère des Affaires sociales. Les personnes qui ont des difficultés auront pour référent le ministère des Affaires sociales. Ce dernier prendra le relais pour pouvoir assurer leur prise en charge financière. La prise en charge médicale quant à elle est déjà prise en compte par l’hôpital. C’est ce mécanisme que nous venons de réarticuler pour qu’il n’y ait plus ces difficultés-là « , a indiqué Pr Jean-François Meye, directeur général du CHU Jeanne Ebori.

Ce service social va travailler en partenariat avec le bureau de la caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (Cnamgs). Les deuc travailleront de sorte à créer un mécanisme de prise en charge beaucoup plus approfondi pour les gabonais économiquement faibles. L’ouverture de ce service intervient quelques jours après une situation récemment enregistrée au sein du CHU. Une mère et son nouveau-né ont été séquestrés pour défaut de paiement d’une facture s’élevant à plus de 700 000 FCFA. L’affaire a été très médiatisée.

Le CHU mère enfant est souvent critiqué pour ses coûts de prestations jugés élevés. Ce service devrait donc soulager plusieurs familles en difficulté sociale. Celle notamment qui ne peuvent pas se procurer des soins dans ce centre mère et enfant.

Leave a reply