Le Gabon a échappé à un procès que African Desk voulait intenter

0
331

L’office des ports et rades  du Gabon  a évité un procès que voulait intenter la firme belge African Desk en 2020.  Le directeur général de l’Office des ports et rades du Gabon (Oprag), sous tutelle du Conseil gabonais des chargeurs (CGC), affirme que le procès aurait coûté des milliards de francs CFA au Gabon, s’il avait eu lieu. Il a révélé cette information dans une interview publiée dans le journal L’Union le 3 mars dernier.

«Nous nous sommes employés à négocier avec African Desk, car c’est de lui qu’il s’agit, qui a fini par être convaincu par nos arguments et notre position. Le procès a été réglé amiablement et la partie gabonaise qui a été épargnée d’un procès », a déclaré Apollinaire Allassa, le directeur général d’Oprag. African Desk aurait été mandaté par le Conseil gabonais des chargeurs (CGC) pour l’acquisition et la gestion d’une plateforme Bietc dans le domaine de l’import-export. Il s’agissait d’un bordereau électronique d’identification pour la traçabilité des cargaisons. L’ambition du CGC était de faciliter et de dématérialiser les opérations d’import-export au Gabon. La plateforme devrait permettre la traçabilité de la cargaison, l’enregistrement des informations sur le connaissement.

Or, la plateforme livrée à la CCG était dépourvue de toute fonctionnalité adaptée aux réalités du Gabon, a fait savoir le DG de l’Oprag.  African Desk avait alors saisi la Cour arbitrale de Paris. Même si le procès a été évité, le règlement à l’amiable pourrait également être coûteux au Gabon. Le coût de ces transactions n’a pas été mentionné par le directeur général de l’Oprag.

Leave a reply