Le Gabon et le Vietnam s’unissent pour relancer la filière café au Gabon 

0
222

Le Gabon et le Vietnam viennent de conclure un nouvel accord. Il vise à relancer la filière café au Gabon. Une lettre d’intention a été signée le 05 novembre dernier au siège de l’organisation internationale de la francophonie (OIF) à Paris. Les deux parties ont été représentées par leurs ministres respectifs de l’agriculture. Cette signature matérialise le début d’une collaboration entre les deux États. Ce sera à travers une coopération technique, scientifique et commerciale.

« De manière concertée, il a été élaboré un projet pilote porté par la Caistab l’Agence des cafés Robusta d’Afrique et de Madagascar (Acram) et l’OIF. Il est dénommé » Projet de coopération décentralisée de la francophonie : renforcement des capacités de la chaîne de valeur du café au Gabon« . Il vise l’acquisition d’un matériel végétal performant puis le renforcement de capacité des structures techniques et de recherche. Il y aura également une ouverture aux investisseurs vietnamiens pour la réalisation d’une filière café porteuse et durable.

La Caistab prévoit de créer une station de recherche spécialisée pour l’amélioration variétale du café avec une portée sous-régionale. De nouveaux types de vergers respectueux de l’environnement seront introduits en territoire gabonais et bien d’autres encore. Grâce aux partenaires vietnamiens, il est prévu l’installation de nouveaux opérateurs privés. Le café pourra contribuer au PIB du pays. La coopération Gabon/Vietnam a un objectif commun. C’est celui d’améliorer la durabilité de la filière café et le bien-être des petits et des moyens producteurs.

Le Vietnam a été identifié sur ce projet en sa qualité de deuxième producteur mondial de café et premier producteur de Robusta. Le projet est soutenu par l’OIF. Selon les données officielles, le Gabon a produit 53 tonnes de café en 2020. Il y a eu 109 tonnes produites en 2019 en raison des mesures sanitaires restrictives pour lutter contre le Covid-19. Le pays vise une production de 3 000 tonnes dans cinq ans. Cela lui permettrait de réintégrer le top 20 des pays producteurs de café en Afrique. 

Leave a reply