Le Gabon figure parmi les pays africains les moins affectés par le crime organisé

0
122

Le Gabon est cité parmi les pays africains les moins affectés par le crime organisé. Le pays figure apparaît dans le rapport produit et récemment publié par la Global Initiative Against Transnational Organized Crime Index 2021. Sur les 54 États africains classés, le Gabon est arrivé à la 32e place avec un score de 4,9/10. Sur le plan mondial, ce pays de l’Afrique Centrale est classé 95e.

En Afrique centrale, le Gabon arrive après des pays comme la République Centrafricaine. Cette dernière occupe la 3e position au classement africain et 9e au niveau mondial. Elle devient ainsi le pays le plus touché par ce phénomène dans la Cemac. Dans cette sous-région, la RCA est suivie par le Cameroun classé 10e d’Afrique, le Tchad (17e) et le Congo (90e). La Guinée équatoriale arrive 43e.

Dans ce classement, la République démocratique du Congo, pays de la CEEAC, s’illustre comme celui qui est le plus affecté par le crime organisé dans le monde. Elle est suivie par le Nigeria, la Centrafrique, le Kenya, l’Afrique du Sud, la Libye et bien d’autres. 

La Global Initiative Against Transnational Organized Crime Index classe le continent africain comme le deuxième le plus touché dans le monde avec un score de 5,17 sur 10. Il se positionne derrière l’Asie, et devant l’Amérique, l’Europe. «  Au-delà du Covid-19, le continent a continué à connaître des conflits, la fragilité et la corruption dans un certain nombre de pays. Qu’il s’agisse de la violence interethnique et de la montée des djihadistes au Sahel, de la crise politique en Guinée-Bissau. Puis des conflits dans la région du Tigré en Éthiopie et en République démocratique du Congo. Les situations d’insurrection au Mozambique, l’instabilité à laquelle ont été confrontés un certain nombre de pays africains en 2020 a été un autre facteur favorable à l’expansion des activités du crime organisé« , a indiqué le rapport. L’institution précise néanmoins que l’Afrique a les mécanismes et cadres institutionnels les moins développés pour lutter contre le crime organisé.

Le rapport du Global Organized Crime Index évalue les niveaux de criminalité organisée dans les pays et leur résistance aux activités criminelles organisées. Il analyse aussi l’omniprésence des marchés criminels dans les pays. La dynamique des acteurs criminels et l’efficacité des États à mettre en place les mécanismes de défense passent aussi en revue. C’est pour assurer une résilience opérationnelle face aux crimes organisés qui peuvent concerner notamment la traite d’humains, le trafic d’armes, de drogues.

Leave a reply