Le Gabon numéro 1 du commerce électronique de la zone CEEAC

0
581

Le Gabon est classé numéro 1 du commerce électronique de la zone CEEAC. Le pays devance ainsi le Cameroun et 9 autres pays constituants la zone CEEAC. Il s’agit notamment de l’Angola, le Burundi, la République centrafricaine, le Tchad, le Congo, la RDC, le Rwanda, la Guinée-Équatoriale et Sao-Tomé-et-Principe. Le bilan est celui de l’exercice 2019. Il a été publié par la GSMA et  la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (Cnuced).

Le rapport indique que les états membres de la Ceeac sont à la traîne dans leur engagement pour les achats en ligne. Les quatre premiers pays d’Afrique subsaharienne classés sont le Kenya, le Nigeria, l’Afrique du Sud et Maurice. Ils sont respectivement classés 88e, 79e, 76e et 58e. Aucun des États de la Ceeac ne figurent dans le top 100. Le Gabon lui-même arrive 106e.

Néanmoins, le Gabon apparaît dans le top 5 de la Ceeac avec 38,3% de la population préparée aux achats en ligne.  Le Cameroun compte 32%, le e Rwanda 30,9%, l’Angola 30,4% et le Congo 14%. La Cnused indique que plusieurs facteurs limitent la capacité des pays membres de Ceeac à l’adoption du commerce électrique.

Il s’agit notamment du manque d’accès aux services d’Internet mobile et de leur coût peu accessible à tous. Puis l’utilisation limitée des services de paiement numérique et  des systèmes d’adressage inadéquats. Il existe également des goulots d’étranglement dans le dédouanement et le commerce international en général. L’environnement commercial et macroéconomique est d’autant plus difficile pour les jeunes entreprises de commerce électronique.

Chaque année, la Cnuced évalue l’état de préparation de 152 nations pour les achats en ligne. Ceci sur la base de quatres indicateurs. Il s’agit notamment du nombre d’adultes titulaires d’un compte dans une institution financière ou d’un compte Mobile Money. Puis du nombre d’individus utilisant l’intérêt. La. Cnuced prend également en compte la fiabilité des services postaux et le nombre de serveurs sécurisés pour 1 million d’habitants.

Leave a reply