Le Gabon revisite son plan national de riposte contre la fièvre Ebola

0
150

Le gouvernement gabonais prépare déjà sa riposte contre la fièvre Ebola, depuis la détection d’un cas de fièvre à Abidjan en Côte d’Ivoire. Une réunion d’urgence a été convoquée et s’est tenue lundi dernier. Elle a connu la présence du ministre gabonais de la Santé, Guy Patrick Obiang Ndong. Le représentant résidant de l’OMS, Magaran Monzon Bagayoko était également de la partie avec l’ensemble des acteurs nationaux de la lutte contre l’épidémie. 

Pour parer à toute éventualité de la survenue de cette fièvre au Gabon, l’assistance a préconisé un certain nombre d’actions. La cellule opérationnelle de riposte aux épidémies (CORE) sera réactivée. Le dispositif de contrôle de la fièvre sera remis sur pied à chaque porte d’entrée du Gabon. C’est notamment au niveau des entrées terrestres, aériennes et maritimes. Les passagers internationaux seront systématiquement contrôlés. Puis les implants de laboratoire et les équipements de protection individuelle (EPI) seront mis en évaluation. 

Cette préparation de ripostes tient compte du trafic très intense entre le Gabon et la Côte d’Ivoire. « Selon l’OMS, un cas déclaré est considéré comme une épidémie dans ce pays. Il est donc important pour le Gabon de pouvoir nous préparer et revisiter le dispositif de riposte contre Ebola. Nous avons fait le tour du dispositif qu’il faut mettre en place. L’idée ici est de renforcer les portes d’entrée notamment les frontières aériennes. Surtout au niveau de l’aéroport de Libreville où nous avons le maximum des passagers qui reviennent de l’Afrique de l’Ouest notamment de la Côte d’Ivoire« , a déclaré Dr Guy Patrick Obiang Ndong.

Le membre du gouvernement a conduit une mission conjointe à l’institut d’épidémiologie et de lutte contre les endémies (IELE). Avec les agents de l’Oms, ils ont évalué le dispositif de contrôle de la fièvre Ebola au niveau de l’aéroport international Léon Mba. Cette mission se poursuivra dans les prochains jours au niveau des portes d’entrées terrestres et maritimes de Libreville, Port-Gentil et Bitam.

Leave a reply