Le Gabon veut améliorer le statut des artistes gabonais pour les trois prochaines années à venir

0
494

Le Gabon travaille pour améliorer davantage le statut des artistes gabonais. Le gouvernement prévoit de mettre l’accent sur la poursuite de l’élaboration du cadre normatif. Il s’agit d’un plan inscrit dans le document de cadrage macroéconomique et budgétaire.

Sur la période 2022-2024, le gouvernement va s’atteler à répertorier les artistes, les établissements, les compagnies. Suivront les entreprises du secteur de la culture dans sa globalité. Les autorités comptent inventorier le patrimoine culturel et valoriser le parc national de la Lopé-Okanda. Pour 2022, le gouvernement a prévu d’allouer un montant global de 21,4 milliards FCFA pour les loisirs, culture et culte.

De manière détaillée, une enveloppe de 8,8 milliards FCFA pourrait être allouée à la Culture et éducation populaire. Une enveloppe de 5,5 milliards FCFA sera adressée au secteur de la jeunesse, des sports et loisirs puis 2,4 milliards FCFA pour la promotion audiovisuelle et cinématographique.

Sur le plan infrastructurel, le pays projette également la réhabilitation de l’École nationale d’art et manufacture (Enam). Cette école, qui forme les artistes, est actuellement en état de délabrement avancé. D’après les responsables de cet établissement, sa fermeture était même déjà à l’ordre du jour.

Les artistes gabonais qui se sentent délaissés par les politiques publiques évoluent dans un environnement « précaire« . Une situation qui a été aggravée par la crise sanitaire actuelle. Du fait des mesures de ripostes, les artistes ont arrêté leurs prestations. La vente des œuvres d’art accuse par ailleurs le coup.

En 2020, le gouvernement gabonais a entrepris entre autres, de réorganiser et de redéfinir le fonctionnement du Bureau Gabonais du droit d’auteur et des droits voisins (Bugada). Cette structure a été créée en 2013 dans le but de protéger les droits d’auteur, des acteurs culturels.

Leave a reply