Le gouvernement gabonais lance une enquête interne sur la qualité des antirétroviraux

0
182

Le gouvernement gabonais vient de réagir à la rumeur de la distribution d’antirétroviraux périmés dans certains hôpitaux du pays. Le ministre gabonais de la Santé, Guy Patrick Obiang Ndong est monté au créneau vendredi dernier. Il a exprimé sa consternation face à la vidéo devenue virale sur la toile. Elle comporte des propos tenus par la présidente du Réseau des personnes vivant avec le VIH-SIDA (Regap+), Fatou Moussounda. 

Cette dernière dénonce la distribution des antirétroviraux (ARV) arrivés en date de péremption aux Personnes vivant avec le VIH-SIDA (PVVIH) en territoire gabonais. Le ministre de la Santé a aussitôt diligenté en urgence une enquête interne. Ceci au sein de l’ensemble des Centres de traitement ambulatoire (CTA) de Libreville et de l’Office pharmaceutique national (OPN). L’enquête rendra compte du stockage et de la dispensation de ces antirétroviraux. 

Le membre du gouvernement condamne avec la dernière énergie cet acte qui ne reflète pas l’éthique et la déontologie médicale. « Les coupables de tels agissements seront sévèrement punis conformément à la réglementation en vigueur en territoire gabonais« , a-t-il promis. 

La prise en charge médicale de qualité des personnes vulnérables est une préoccupation constante des autorités gabonaises. Le gouvernement a d’ailleurs récemment engagé la réforme de l’OPN. Celle-ci vise à assurer une meilleure gestion des stocks des médicaments en territoire gabonais. Elle va également garantir une meilleure accessibilité et disponibilité des médicaments à toute la population.

Leave a reply