Le gouvernement gabonais réunit les données pour améliorer l’offre en eau potable dans le Grand-Libreville

0
53
robinet

Le gouvernement gabonais vient de récupérer un nouveau rapport. Il s’agit de celui issu de l’étude de la disponibilité et de l’exploitation de l’eau brute à l’usine de Ntoum face au changement climatique. Les résultats de cette étude devraient aider le gouvernement à améliorer l’offre en eau potable dans le Grand-Libreville et ses environs.

‘‘Il s’agit d’évaluer les impacts du changement climatique sur le bassin versant de la Nzémé. C’est un outil de taille qui nous permettra de comprendre les défis à relever. Ceci afin d’améliorer l’accès des populations gabonaises et principalement celles de Libreville à l’eau potable’’, a déclaré Alain-Claude Bilie-By-Nze, ministre gabonais de l’Énergie et des Ressources hydrauliques. C’est à lui que le rapport de l’étude a été remis hier à Libreville.

Selon le membre du gouvernement, les effets liés aux changements climatiques sont de plus en plus perceptibles au Gabon depuis quelques années. Ils se manifestent notamment par une saison sèche plus rude. Ce qui entraîne une diminution de la disponibilité en eau dans les sites de prélèvements. La saison pluvieuse est quant à elle plus abondante, se traduisant par des inondations. Une situation qui augmente la vulnérabilité du système de production au moment des débits extrêmes.

Cette étude lancée en 2019 a été réalisée avec le concours financier de la République de Corée du Sud. L’objectif final est de couvrir les besoins en eau de la métropole gabonaise 7 j/7 et 24 h/24. ‘‘Je souhaite que la Corée et le Gabon continuent de travailler en étroite collaboration sur les questions liées aux changements climatiques’’, a déclaré Ryu Chang Soo, Ambassadeur de la Corée du Sud au Gabon.

Leave a reply