Le ministre des Affaires sociales lance le Programme d’accès à la citoyenneté dans le Moyen-Ogooué

0
156

Le ministre gabonais des affaires sociales, Prisca Nlend Koho a lancé samedi dernier le programme d’accès à la citoyenneté dans le Moyen-Ogooué. Ce programme prend également en compte la protection sociale des apatrides. Cette étape vient couronner ce programme d’envergure national qui vise à l’établissement de 1000 actes de naissance en moyenne par province. Ceci aux personnes dépourvues d’état-civil au Gabon.

Les provinces de l’Estuaire, du Haut-Ogooué, de la Ngounié, de la Nyanga, de l’Ogooué-Ivindo, de l’Ogooué-Lolo, de l’Ogooué-Maritime et du Woleu-Ntem ont déjà bénéficié du programme. Ce dernier intègre le pivot social du Plan d’Accélération de la Transformation (PAT) 2021 – 2023.

Ledit programme est conjointement mené par le ministère gabonais des Affaires sociales et le Fonds des Nations-unies pour l’enfance (UNICEF). Il ambitionne également de faire enrôler ces derniers à la Caisse nationale d’assurance-maladie et de garantie sociale.  » Le combat pour l’accès à la citoyenneté pour tous est une cause juste. En cela, je nous exhorte tous, à demeurer solidaires et continuer à soutenir le gouvernement sur cette lancée« , a indiqué Prisca Nlend Koho, ministre gabonais des affaires sociales.

L’apatridie est un statut non-conforme aux droits humains. Les personnes apatrides dites « invisibles » n’apparaissent sur aucun document officiel. Dépourvues de nationalité, elles se retrouvent victimes de nombreuses discriminations. Il s’agit entre autres des difficultés d’accès à la santé, refus d’accès aux mécanismes de protection sociale, à l’éducation. Sans existence légale, ces enfants se retrouvent marginalisés.

Leave a reply