Le Patronat gabonais et l’Aganor s’unissent pour contrôler les produits commerciaux du Gabon 

0
218

Le patronat gabonais et l’Agence gabonaise de normalisation (Aganor) viennent de conclure une entente. Ils vont s’unir pour mettre en application l’arrêté signé en 2020 sur le Progec. Il s’agit du programme gabonais d’évaluation de la conformité. Cet arrêté fixe les conditions d’application de l’évaluation de la conformité aux normes des produits qui entrent et sortent du Gabon.

Ledit arrêté n’était pas favorable aux entreprises selon le patronat. La Confédération patronale gabonaise (CPG) et l’Aganor ont alors réexaminé le Progec. Ils ont signé hier un accord de partenariat permettant désormais aux entreprises gabonaises de travailler étroitement avec l’Aganor. Ceci facilitera l’importation et l’exportation des produits qui répondent aux normes.

 » Il s’agit d’un accord de partenariat plus important qu’il ne l’était par le passé entre l’Aganor et les entreprises de la CPG. Notamment les entreprises industrielles et leurs sous-traitants. En effet, il permettra à ces sociétés-là de s’adresser directement à l’Aganor désormais afin d’obtenir les certificats. Ceux de conformité nécessaires à l’importation de leurs marchandises qu’elles soient des pièces de rechange, intrants industriels, machines et autres. Ça permet donc de ramener de la souveraineté à l’Aganor puisque naguère, ces contrôles étaient exclusivement faits à l’étranger« , a expliqué Bertrand Courties, 1er vice-président de la CPG.

Désormais, les Gabonais pourront étudier les dossiers qui leur seront soumis. Cela permettra de statuer sur l’éventuelle conformité des produits. S’en suivra une décision locale. Les entreprises se verront exemptées de dépenses à l’étranger pour obtenir ces mêmes documents. Le Progec est un programme mis en place pour assurer la conformité des produits avec les normes et règlements techniques applicables au Gabon. Son but est d’empêcher l’importation de marchandises dangereuses, de contrefaçon et/ou non-conformes aux normes en vigueur. De ce fait, les consommateurs et les intérêts des producteurs locaux sont protégés.

Leave a reply