L’opération de libération de la voie publique enclenchée dans le Grand-Libreville

0
223

L’opération de libération de la voie publique est enclenchée depuis hier dans le Grand-Libreville. Le ministère gabonais de l’intérieur a lancé l’opération comme annoncé la semaine dernière. Les agents de la police nationale, de la gendarmerie, de la Garde républicaine ainsi que du génie militaire étaient de la partie.

La première journée a consisté à débarrasser les espaces publics du tronçon PK12 au PK16 de tout ce qui les encombre. Il s’agit notamment des étals de commerces, des épaves de véhicules et les garages. Les ateliers de vulcanisateur, les kiosques et autres terrasses qui obstruent le passage des piétons ont également été renvoyés. La journée s’est déroulée sans aucun incident majeur selon le ministère de l’intérieur.

« Nous ne sommes en guerre contre personne. La force disproportionnée et les actes isolés ne seront pas tolérés. Vous devez expliquer aux contrevenants le bien-fondé de l’opération si c’est nécessaire. C’est pourquoi vous devez rester professionnels jusqu’au bout », a déclaré le général de division Serge Hevé Ngoma à l’endroit des agents en charge de l’opération.

L’opération de restauration de la voie publique va durer un mois. Elle prendra en compte les villes telles que Akanda, Libreville, Owendo et Ntoum. Ces occupants sont pour la plupart dans l’illégalité. En République Gabonaise, toute occupation privative du patrimoine routier national est soumise à une autorisation préalable. Celle-ci est délivrée par les services compétents du ministère chargé des routes. Il s’agit d’une redevance qui varie de 2 500 FCFA à 1millions de FCFA par an selon le type d’autorisation. Elle est entrée en vigueur en territoire gabonais depuis l’année 2020.

Leave a reply