Lutte contre les violences faites aux femmes : le Gabon crée un observatoire national 

0
184

Le gouvernement gabonais vient de créer un observatoire national des droits de la femme (ONDF). L’institution sera en charge du suivi des indicateurs, de la communication et de la lutte contre les violences faites à l’égard des femmes au Gabon. Le décret portant création de la structure a été signé en septembre dernier par le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba.

L’organisation et le fonctionnement de l’observatoire sont fixés par voie réglementaire. C’est comme l’a renseigné le journal officiel du 23 septembre dernier. L’article 48 du décret indique que le ministère en charge des Droits de la Femme doit dresser un rapport. Ledit rapport portera sur la politique nationale de lutte contre les violences à l’égard des femmes. « Ce rapport présentant notamment les données statistiques, les conditions d’accueil, de soin et d’hébergement des victimes. Puis leur réinsertion sociale et les modalités de prise en charge des auteurs de violences. Ces données seront transmis au Parlement chaque année« .

Le ministère gabonais en charge des droits de la femme va chapeauter cet observatoire. Les membres devant constitués ce nouvel organisme seront formellement désignés. Le porte-parole du gouvernement gabonais, Madeleine Berre précise que cet observatoire va mettre en place les mesures visant à protéger les femmes. Ces mesures seront notamment contre toutes les formes de violence et de discrimination. Les violences qui affectent de manière disproportionnée dans le milieu familial seront également éradiquées. Ce sera par la promotion de l’égalité réelle entre les femmes et les hommes.

Au Gabon, les femmes représentent 90 % des victimes de violences sexuelles. 83 % des victimes de violences économiques sont des femmes. Il s’agit des données communiquées par le cabinet Louis Berger. Le président Ali Bongo Ondimba s’est donné pour mission d’infléchir la tendance. À cet effet, la période 2015-2025 a été décrétée « décennie de la femme« . Une instance pour promouvoir la femme souvent confrontée à plusieurs formes de violence.

Leave a reply