Réduction des évacuations sur Libreville : vers la construction d’un centre d’hémodialyse à Meyo-Kye

0
144

Un centre d’hémodialyse sera bientôt construit à Meyo-Kye. Il sera à l’usage du Cameroun, de la Guinée-Equatoriale et du Gabon. Le projet est une initiative de l’association française d’assurance médicale dans les formalités d’évacuation sanitaire (ONG AMFES). La mise en œuvre de ce projet devrait servir permettre de réduire les évacuations sur Libreville. Puis soulager les personnes souffrant d’insuffisance rénale.

L’ONG AMFES, dit vouloir encourager les jeunes africains à lancer des projets dans le domaine de la santé sur le continent.  « Aujourd’hui les Africains doivent d’abord s’asseoir pour parler de santé. Des fils et filles de ce continent doivent, aujourd’hui, trouver des solutions pour leur continent », a déclaré Marie Avorbang Minko, présidente de l’ONG AMFES. L’organisation travaille en étroite collaboration avec d’autres associations africaines de la Cemac et de la Cedeao. Ensemble, ils convoitent relever « les défis de la santé qui n’ont cessé de freiner l’émergence de l’Afrique « . Le projet de construction sera présenté durant tout le mois de septembre aux autorités gabonaises concernées.

Au Gabon, il n’existe qu’un seul centre de dialyse public. Il est situé au Centre hospitalier universitaire de Libreville (Chul). Cette structure ne permet malheureusement pas à tous les patients d’ insuffisances rénaux du pays d’avoir accès aux soins. Le centre ne reçoit en moyenne que 120 malades et ne dispose que de 25 générateurs.

Avant l’ONG Amfes, le Maroc s’était engagé à aider le Gabon à créer quatre centres d’hémodialyse dans quatres villes du pays. Notamment à Franceville, Mouila, Port-Gentil et Oyem. Le projet est initié depuis 2015 et vise à désengorger le centre de Libreville régulièrement saturé.  Il  est toujours en cours de finalisation. La partie marocaine a déjà fourni les équipements nécessaires pour deux centres, notamment vingt générateurs et douze lits.

 

Leave a reply