Restauration de la voie publique : Les commerçants réclament un nouveau site de vente

0
257

Les commerçants gabonais  ont réclamé l’aménagement d’un nouveau site de vente. Il s’agit de ceux notamment touchés par la mesure de restauration de la voie publique. Ils ont formulé leur requête par le biais du syndicat libre des commerçants du Gabon (Sylicog). Ce dernier exige une meilleure organisation de l’opération enclenchée dans le Grand-Libreville.

Le syndicat juge les actions de casse  « trop brusques ». Il demande également au gouvernement d’accorder un sursis aux occupants épinglés. « Nous avons l’impression que la mesure n’a pas fait l’objet d’une étude au préalable. On n’a pas impliqué les partenaires sociaux, encore moins les commerçants. Nous ne refusons pas de partir, nous demandons juste au gouvernement de faire les choses de manière plus organisée. Donner un ultimatum de 48 heures aux commerçants des trottoirs est surréaliste », a déclaré Djos Kierigouo, président du Sylicog.

Selon ce dernier, la majorité des commerçants occupant ces espaces sont des Gabonais économiquement faibles. Ceux-ci n’auraient pas les moyens de s’installer dans des marchés.  » Si la mairie n’a construit aucun marché, ce n’est pas la faute de ces personnes qui occupent les trottoirs. Les déguerpir sans mesures d’accompagnement les jette dans la précarité. Ce que combat quotidiennement les pouvoirs publics » , a-t-il ajouté.

Cette réaction du Sylicog intervient à la suite de l’épuisement du délai des 48h accordé par le gouvernement. Il concernait les occupants illégaux des abords de la voie publique dans le Grand-Libreville. Passé ce délai, le gouvernement a lancé depuis dimanche dernier une opération de déguerpissement de ces commerçants.

 

Leave a reply