Rose Christiane Ossouka Raponda régularise la situation de 11 475 fonctionnaires de l’État en 12mois

0
1084

Le Premier ministre gabonais Rose Christiane Ossouka Raponda a relevé un énorme défi. Le défi était de régulariser la situation administrative de 11 475 fonctionnaires de l’État en l’espace de 12 mois. Il s’agit d’un dossier ouvert en début d’année 2019 et dont a hérité le Premier ministre gabonais en Juillet 2020. Rose Christiane Ossouka Raponda a dirigé ce dossier de main de maître malgré le gel des recrutements au sein de la fonction publique à l’époque.

Deux arrêtés datant de décembre 2020 ont été simultanément pris à cet effet et ont donné un coup d’accélérateur à la régularisation de ces agents publics. En 12 mois, c’est près de 8 000 situations administratives qui ont été régularisées. Priorité à été donnée aux secteurs de l’Éducation et de la Santé. Ces deux secteurs étaient déjà épargnés par le gel des recrutements conformément aux orientations du Président Ali Bongo Ondimba. À ces 8 000 situations, il faut ajouter le recrutement de près de 4 000 agents publics en situation de présalaire effectué en 2019.

Le ministre gabonais de la fonction publique, Madeleine Berre, a fait hier le point de l’exécution du plan de régularisation. Ce dernier a démarré en janvier 2021. Les données communiquées font mention de 3 207 situations de reclassement effectuées sur un total de 9 687 dossiers en traitement et répartis. 6 480 situations de recrutement ont été effectuées dont 3 285 diplômés d’écoles et 3 195 agents publics en situation de pré-salaires. En tout, 7 487 situations administratives ont été régularisées, soit un taux d’exécution de 77% à la fin du mois de décembre 2021. Il s’agit d’un bilan positif rendu possible grâce la prise en compte des 144 résolutions du Forum de la Fonction Publique. Celui-ci avait impliqué le gouvernement et les partenaires sociaux.

Le gouvernement indique néanmoins qu’il reste de nombreux défis à relever. C’est à cause de la difficile absorption des nouveaux diplômés et la contrainte liée à la maîtrise de la masse salariale de l’Etat qui ne cesse d’exploser. Une maîtrise des effectifs qui passe par le respect scrupuleux des textes portant modalités de recrutement à la Fonction Publique. C’est d’ailleurs la principale cause de cet agglutinement de dossiers. “ Les textes de la Fonction Publique disent que pour recruter, il faut qu’il y ait un plan de recrutement adossé à une programmation budgétaire. Malheureusement, les concours ont été lancés sans expression du besoin en amont et sans programmation budgétaire”, a déclaré Madeleine Berre, ministre gabonais de la fonction publique.

Leave a reply