Selon les Gabonais, les réseaux sociaux informent et encouragent aussi l’intolérance politique

0
170

Selon un sondage réalisé par Afrobarometer, la majorité des Gabonais pensent que les réseaux sociaux font autant de bien que de mal. Avec ce sondage, 1 200 Gabonais ont été interrogés entre le 7 et le 23 février 2020. L’enquête a révélé que 93 % des Gabonais estiment que les réseaux sociaux permettent d’informer les gens sur l’actualité. 80 % pensent que les réseaux sociaux aident les gens à avoir plus d’impact sur les processus politiques. D’autre part, 84% des personnes interrogées pensent que les réseaux sociaux prédisposent les gens à être plus réceptifs aux fausses nouvelles.

Quelques gabonais (31%) pensent que les réseaux sociaux ont des effets négatifs sur la société, contre 61% qui pensent le contraire, selon l’enquête. De plus, l’enquête a permis de situer les responsabilités face aux dérives observées sur les réseaux ces derniers temps. Selon l’étude, le problème se situe à trois niveaux, à savoir : la résignation des parents à éduquer et à sensibiliser leurs enfants au caractère dangereux des réseaux sociaux ; l’opportunisme des politiciens qui à leur tour récupèrent des informations à des fins politiques et l’amplification des phénomènes par «des médias sociaux pour attirer le plus grand nombre d’adhérents à leurs pages».

Selon le secrétaire permanent du centre d’étude et de recherche en géosciences politiques et prospective (CERGEP), Christian Wali Wali, il faudra s’interroger sur les mécanismes mis en place pour faire prendre conscience aux jeunes de la gravité de l’utilisation des réseaux sociaux qui conduit à une situation dépravante de la société dans laquelle nous vivons.

Leave a reply