Un policier gabonais vend l’identité de son défunt frère à 200 000 fcfa 

0
170

Un policier gabonais a vendu la nationalité de son défunt frère à 200 milles francs CFA. L’affaire a été rendu public par le cabinet Obame. Celui-ci est spécialisé dans l’accompagnement juridique des justiciables et la facilitation de procédures judiciaires.

Il s’agit d’une sordide affaire de faux et usage de faux. Un agent des forces de police nationale a vendu la nationalité gabonaise par le biais de l’identité de son défunt petit frère. L’identité est revenue à un sujet béninois répondant au nom de Romain Ely Bossou. L’opération lui a coûté la modique somme de 200 000 FCFA.

Sieur Romain Ely Boussou est arrivé au Gabon en 2009. C’était grâce à une de ses sœurs, installée à Libreville depuis plusieurs années. « C‘est un agent de la Police qui m’a dit qu’en raison du bien que ma sœur lui a fait, il va m’aider à être Gabonais. Moi, je voulais juste faire ma carte de séjour. Puis j’ai vu qu’avec les papiers gabonais, on ne devait plus m’embêter« , a-t-il confié.

C’est en essayant de se faire établir un passeport gabonais avec la carte d’identité gabonaise qu’il détenait, qu’il a été rattrapé. Le cabinet Obame qu’il a sollicité pour ce service s’est rendu compte après enquête de la non-authenticité du document qu’il détenait.

La fourberie découverte, Ely Bossou n’a eu d’autres choix que de passer aux aveux. En 2012, le dénommé Angelo, le policier vendeur de nationalité lui avait délivré un récépissé.  Ensuite, il lui avait obtenu une carte d’identité nationale définitive au nom de Paul Mamick Mbembo, identité du défunt. Pour le policier, « il était hors de question que l’acte de naissance et les papiers de son frère chôment à la maison« .

Ces documents lui ont permis de vivre 9 ans sans être inquiété. Durant cette période, il a déclaré deux enfants. Pour le cabinet Obame, il s’agirait « d’un important réseau de faussaire solidement mis en place par certains agents de police« .

Leave a reply