Vidéos obscènes : des sanctions judiciaires prises à l’encontre des lycéens impliqués

0
210

Suite à la diffusion de vidéos obscènes sur les réseaux sociaux par des lycéens, les autorités en charge de l’éducation dans le pays ont réagi. Les élèves impliqués dans ces vidéos obscènes été punis puis présentés au procureur de la république.
Identifiées grâce à la vidéo, les lycéennes de Djoué Dabany ont été présentées au procureur la semaine dernière.
Inculpées d’atteinte aux bonnes mœurs, elles ont été libérées. Les filles du lycée technique, après leur présentation au procureur, elles quant à elles ont été averties avant d’être remises en liberté. Les élèves du lycée technique qui se sont filmés en fredonnant des chansons offensantes dans le taxi-bus en direction du pouvoir, ont également été présentés au procureur la semaine dernière. Inculpé pour outrage au chef de l’État et ils ont été libérés puis placés sous contrôle judiciaire.

L’article 212 du code pénal stipule que : « Sera puni d’un emprisonnement d’un mois à deux ans et d’une amende de 24 000 à 500 000 francs, ou de l’une de ces deux peines seulement quiconque aura fabriqué, détenu, distribué, de quelque manière que ce soit, photographies, films ou clichés, matrices ou reproductions phonographiques, emblèmes, objets ou images contraires aux bonnes mœurs».

Suites aux violences engendrées par ces vidéos et pour décourager les lycéens des autres écoles de suivre cet exemple, le ministre de l’Education, Patrick Mouguiama Daouda, a ordonné la fermeture temporaire de l’unique lycée technique de Libreville le vendredi 29 janvier.

Leave a reply